Mot de lancement

Nous sommes heureuses de lancer aujourd’hui la revue de littérature et d’arts modernes MuseMedusa consacrée à l’étude de la représentation et de la réécriture des mythes occidentaux et transculturels. Nous souhaitons réunir autour de cette revue une communauté de chercheurs et chercheuses, de créatrices et de créateurs pour lesquels des mythes tels que Prométhée, Médée, Salomé, Don Juan, Narcisse, Lilith, Kâlî, Calliope, Uranie ou Méduse constituent une source d’inspiration. À une époque misant sur la nouveauté technologique, il nous semble intéressant de réfléchir aux modes de réinscription de la tradition mythique dans les pratiques modernes et contemporaines.

MuseMedusa avoue sans détour sa vocation pluridisciplinaire, internationale et trilingue. En témoigne la composition du comité de rédaction ainsi que du comité scientifique, dont les membres appartiennent à diverses disciplines (littérature, histoire de l’art, cinéma, philosophie) et différents milieux du savoir et du faire. Nous tenons à les remercier très chaleureusement d’avoir accepté de nous accompagner dans cette nouvelle aventure de réflexion et de création, symbolisée par deux muses apparemment antagonistes mais qui nous incitent à penser les contraires, les paradoxes et les évidences.

Le lancement officiel de la revue est le moment opportun pour proposer un premier numéro que nous souhaitons placer sous le signe du regard de Méduse et dont l’appel à contributions se trouve sur le site de la revue. Prière de diffuser autour de vous non seulement l’existence de MuseMedusa, mais également l’appel à contributions pour le dossier « Peut-on regarder Méduse ? »

Nous espérons que vous partagerez notre enthousiasme et, plus concrètement, que vous partagerez aussi l’adresse du site avec votre entourage et sur vos réseaux sociaux.

Bien cordialement,

Catherine Mavrikakis et Andrea Oberhuber

2 thoughts on “Mot de lancement

  1. Mon nom est François Chalifour, je suis un artiste en art visuel. Je travaille depuis 2005 sur un projet intituler “Reconstruire la Grèce antique”. Ne serait-ce qu’à ce titre, votre proposition m’intéresse au plus haut point. J’aimerais savoir comment faire pour y participer activement.
    Méduse étant l’alter ego d’Athéna, elle constitue une force subversive de premier ordre à qui sait la saisir.
    J’attends de vos nouvelle avec impatience,
    François Chalifour

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *